Fais gaffe à toi ma grande

Pour ceux qui aimes la Musique, la Vivre, et en Parler
 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview : Adrien & Berald

Aller en bas 
AuteurMessage
Cam-eliaa
Admin
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 02/11/2008
Age : 25
Localisation : Toulouse ( 31 )

MessageSujet: Interview : Adrien & Berald   Mer 5 Nov - 2:42

Deux Récentes Interviews, Fort Sympathique Very Happy


Source :




DB : J’ai 33 ans et j’adore les BB Brunes, y’a pas quelque chose qui cloche ?
Adrien : Non, absolument pas, même si la majorité de nos fans ont
entre 12 et 20 ans. Mais il faut savoir que l’on ne s’adresse pas
forcément à ce public et qu’on est ouvert à tous à la base. En ce qui
concerne les chansons, je devais avoir 14/15 ans lorsque je les ai
écrites donc ça joue forcément, mais avec le deuxième album on espère
élargir notre public.



DB : Vous vous revendiquez souvent des Clashs, d’une
certaine culture punk, c’est pourtant assez loin pour des gens de votre
génération, puis le punk ça ne veut plus dire grand-chose en 2008.
Adrien : Oui, mais quant on dit punk ce n’est pas dans le sens
politique du terme mais davantage dans la rapidité des morceaux, le son
brut, les titres courts. Autrement on aime bien aussi des groupes comme
MGMT, les Strokes, les Libertines, on est assez ouverts en fait.

Bérald : On a tous commencé à écouter du rock avec des groupes assez
récents comme Rancid par exemple, puis après on est allé plus loin et
on s’est inspiré des Kinks, des Who, des Stones.



DB : Est-ce que vous vous sentez aujourd’hui intégré dans le « gang » du rock français ?
Adrien : Je ne pense pas qu’il y ait une grande famille du rock mais
on a eu beaucoup d’encouragements, que ce soit Les Wampas, Louise
Attaque, Deportivo (avec qui on a déjà partagé la scène) ou même
Benjamin Biolay qui nous avait invité sur une émission de télévision.



DB : Comment est-ce que vous vous démarquez parmi tous les
ersatz des Libertines, tous ces groupes pour la plupart parisiens qui
ont le même âge, adoptent le même look et jouent le même style de
musique : les Naast, les Shades, les Parisians, etc. ?
Adrien : Disons qu’on n’a jamais spécialement cherché à se démarquer
de ces groupes. On fait les choses avec notre cœur, on essaie de tout
donner sur scène et après peut-être qu’on a tout simplement eu plus de
chance que les autres. On a aussi accepté de faire pas mal de plateaux
TV (la Star Academy par exemple).



DB : L’album Blonde comme moi a été enregistré il y a
maintenant deux ans. Y a-t-il des choses que vous changeriez
aujourd’hui, des titres que vous ne jouez plus en concert par exemple ?
Adrien : On est obligé de tous les jouer (rire). Aujourd’hui on
referait surement des trucs, mais il se trouve qu’on était très jeune à
l’époque, que c’est finalement un album très candide, brut et sur
lequel on ne sait même pas très bien jouer. C’est finalement aussi ce
qui fait son charme puisqu’il a été enregistré en une semaine.



DB : Adrien, vous écrivez/composez tous les titres, ça sera pareil pour le prochain album ?
Adrien : Oui. D’ailleurs ca sera un disque sans doute plus sombre,
moins joyeux où il y aura moins de « nanana nananana na » (rire).

Bérald : Maintenant, y’a toujours une participation des autres dans
la mise en place des morceaux. Personnellement je ne compose pas de
chansons, Félix commence à en faire mais ce n’est pas encore aussi
abouti que ce que fait Adrien et puis Karim ne compose pas non plus.

Adrien : Pour l’instant l’album est tout juste maquetté. Tout est
écrit il ne reste plus qu’à l’enregistrer et il pourrait sortir au
printemps prochain, avec de titres en anglais et d’autres en français.



DB : Vous avez signé il y a quelques mois avec une
cinquantaine d’artistes un soutien au projet de loi Création et
Internet. Quel est votre point de vue sur la problématique du
téléchargement illégal, sachant qu’en plus votre public est issu d’une
génération qui baigne dans cette culture ?
Adrien : Ce qu’il y a de bien avec le téléchargement c’est que l’on
découvre beaucoup plus de choses plus rapidement. Mais après avoir
télécharger, si on aime on achète. C’est ce que je fais en tout cas.
Mais sinon je ne sais même pas comment on s’est retrouvé dans cette
liste…



DB : Il vous est arrivé de vous faire carrément huer sur scène cette année, comment est-ce qu’on réagi dans ces cas là ?
Bérald : En fait on a réagit chacun différemment. Moi par exemple
j’étais assez fermé, je ne bougeais pas trop. Mais je sais aussi que
Félix l’a beaucoup mieux pris de son côté.

Adrien : Moi ça me pousse à foutre toute ma rage dans la musique et
au final ça donne souvent de bons souvenirs parce que c’est assez rock
n’ roll. Au fur et à mesure qu’on joue et qu’on s’énerve sur nos
grattes, les gens arrêtent de jeter des trucs et comprennent que ça ne
nous atteint pas.



DB : Des anecdotes sur cette tournée ?
Bérald : Y’en a des tonnes, comme par exemple les douanes qui nous
arrêtent sur l’autoroute alors qu’on part pour… La Rochelle ! On devait
ressembler à des narcotrafiquants !



DB : Vous jouez pas mal en anglais, une petite virée à l’image de celle des Parisians aux Etats-Unis, ça vous tenterait ?
Adrien : Oui, c’est clair que ça nous trotte aussi dans la tête, il faudrait carrément le faire.

Bérald : Et détrôner les Rolling Stones (rire) !


______________________________________________


DB : Les études c’est définitivement plié ? Vous avez le bac au moins ?
Adrien : Ouais, c’est terminé. Bérald et moi on a le bac et les autres ont arrêté avant.



DB : Il parait que vous avez attrapé la grosse tête, c’est normal non ?
Bérald : Ce sont des ragots, des mauvaises langues.
Adrien : C’est plein de malentendus, notamment quand tu peux être de
mauvaise humeur ou pas super disponible lors d’une interview par
exemple.



DB : Avec les filles, c’est plus facile quant on fait partie des BB Brunes que des Naast ?
Bérald : Je n’ai jamais fait partie des Naast (rire).



DB : Vous avez toujours des contacts avec les autres groupes de la scène parisienne ?
Adrien : Disons que lorsque je suis à Paris je préfère voir mes
vrais potes mais ça n’empêche pas que l’on se croise régulièrement
comme dernièrement au Studio Campus où il y avait les Shades et les
Plasticines par exemple.



DB : Plutôt Pete Doherty ou Carl Barat ?
Adrien et Bérald, en cœur : Les deux réunis.



DB : La promotion, ça vous gave ou pas ?
Adrien : On nous dit « venez » on vient.
Bérald : Puis y’a des bons moments aussi…



DB : Quels sont les musiciens et chanteurs qui vous influencent ?
Bérald : (mimant son style) Matt Freeman, le bassiste de Rancid.
Adrien : Je ne sais pas trop…



DB : Vous avez une voix proche de celle de Jean-Louis Aubert…
Adrien : Disons que ce n’est pas mon idole. Puis ça vient aussi des paroles en français je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://trashxneed.skyrock.com/
ColaMaya
Admin
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 02/11/2008
Age : 29
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Interview : Adrien & Berald   Mer 5 Nov - 11:07

Vivement vraiment le prochain album ! ! ! parce que sincérementj
j'en ai marre de ses groupies qui hurlent adrien a t'en pété les timpans !!lol
énorme interview bien marrante
Félix a toujours les pieds sur terre !

_________________
Je peine presque à finir mon whisky cola, Maya
Et si je fume, c'est pour tes beaux yeux irrités,
Et si je hurle,
C'est pour que tu viennes me chercher ♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbxbrunes.forumactif.org
 
Interview : Adrien & Berald
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» François Adrien Boieldieu (1775-1834)
» Interview fred schneider
» [Interview] Tokio Hotel réponds aux questions d'NRJ.de
» [Vidéo ] interview With Gustav Schäfer - Drummer Of Tokio Hotel!
» [Interview] Radio Energy : 11 1/2 questions avec Tokio Hotel !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fais gaffe à toi ma grande :: La Galerie :: Presse, Magazines, Télévision-
Sauter vers: